VINS

La renommée légendaire du vignoble corse débute bien avant les grecs. Alors que la vigne poussait à l’état sauvage on recueillait déjà ses petites baies si douces au palais. Bien plus tard, cette plante, mise en Culture, enfin domestiquée, sera considérée comme l’une des grandes conquêtes de l’humanité, car source d’une boisson sacrée. Ainsi les vins corses doivent leur identité fo^tç à un savoir-faire, héritage d’une tradition viticole qui remonte à l’antiquité. Six siècles avant [le, les Grecs faisaient du vin d’Alalia (Aleria) un de leurs breuvages favoris. Les Romains prirent la suite. En 35 avant JC, Virgile évoquait déjà les qualités du vin de Bologne, couleur de rubis et agréable au goût.
Durant les siècles d’invasions et de troubles qui suivirent la chute de l’Empire Romain, la vigne survécut, attendant le retour de la paix… et des vignerons. Au Xlème siècle, devenus administrateurs de file, les Pisans mirent l4 vin corse dans les ciboires de leurs prêtres et les gobelets de leurs notables.
Un siècle plus tard, les ayant remplacés, les; Génois firent de même. Après 1769, la souveraineté française ne mit pas fin à l’activité viticole et à [ses exportations vers l’Italie du Nord, bien au contraire ! Coup de frein après 1850, l’Oïdium puis le Phyloxera ravagèrent le vignoble. Ces fléaux furent xrependant^urrnontés-paiides hommes-dé^rminés. Et, à la fin du siècle, on observa même une reprise des ventes à l’extérieur et l’essor de grands domaines. Mais, dès les premières années du XXème siècle, un effondrement général des prix du vin stoppa net cette expansion. La Grande Guerre paracheva le déclin. Elle tuti d’une même mitraille les hommes, les vignes et les liaisons commerciales. Ne subsistèrent alors que des îlots de production en marge du marché. Cinquante ans s’écoulèrent avant que la viticulture insulaire ne redevînt un véritable secteur économique. Héritières de ces racines millénaires, les A.O.C (appellation d’origine contrôlée) d’aujourd’hui ont été déterminées par la localisation et la proportion des cépages autochtones, ainsi que par les spécificités naturelles de qhaque terroir viticole.
Ce sont autant d’éléments qui composent aujourd’hui l’identité des vins corses et font leur spécificité. Forts d’un savoir faire reconnu jet sachant tirer le meilleur d’atouts naturels que le monde entier nous envie, les viticulteurs ! corses continuent de développer une démarche « Qualité ». Ils privilégient la sélection et l’amélioration des cépages locaux, font appel aux technologies nouvelles (vinification, embouteillage, vieillissement) pour bonifier, toujours et encore, leur production. Ainsi, ils obéissent à l’éthique millénaire du vigneron : c’est-à-dire en hommes en quête du meilleur, se sentant investis d’une histoire et d’un savoir-faire qu’ils doivent préserver, valoriser et transmettre. Ce sont là les clefs de la réussite que le vin corse connaît à présent.